site de trading en bourse

Analyse

Craindre le pire

Cette image fait craindre le pire. Elle nous apprend que la part des prêts hypothécaires à taux variable de certains pays, notamment de l’union européenne, dépasse les 80% !!!
La moyenne européenne se situe sur les 50%. Mais le pays qui sera le plus affecté par une augmentation des taux directeurs par la BCE (banque centrale européenne) sera l’Espagne avec 97% de prêts à taux variable. Le taux directeur de la banque centrale européenne (et des autres banques centrales) est le taux de refinancement minimum. C’est le principal outil dont dispose la BCE pour influencer sur l’octroi de crédits et moduler l’inflation dans la zone euro. Les banques répercutent ensuite, en principe, ce loyer sur les intérêts des crédits qu’elles accordent à leurs propres clients. Plus le taux de la BCE est bas, plus le coût du crédit a des chances d’être bon marché ce qui, en théorie, favorise la croissance. Un relèvement des taux va entrer dans la circulation sanguine de l’économie espagnole immédiatement, ce qui n’en doutez pas, va affaiblir encore plus le malade, l’Espagne inquiète ses créanciers, au premier rang desquels on compte les banques françaises. Les banques françaises possèdent ainsi 56,740 milliards de dollars de créances rien que sur Grèce, imaginez sur l’Espagne…
L’immobilier espagnol se porte mal. Et le chômage dans ce beau pays est déjà à plus de 20%. Croyez-moi, la zone euro et sa monnaie digéreront très difficilement la chute plus que probable de ce prochain domino qu’est l’Espagne.
Pour info :
Savez-vous qu’en 1958 un logement valait en moyenne 70 loyers et que 40 ans plus tard, en 1998, il fallait dépenser en moyenne 133 loyers pour devenir
propriétaire ?
Savez-vous qu’en 2008, au plus haut de la bulle, un logement coutait en moyenne 262 loyers et que lesprix étaient surestimés de 80% ? lire-->

Sun, December 14 2014 » investisseurs » No Comments

Terre promise ou champ miné sur l’or et l’argent métal ?

L’éditeur du «Stock Trader’s Almanach», Jeff Hirsch, soutient une fois de plus que le Dow Jones va atteindre 38 000 points au cours d’une poussée qui devrait avoir lieu entre 2017 et 2025. Pour que la prédiction de Jeff Hirsch se réalise, Bloomberg souligne qu’il faut que le Dow gagne près de 9% par an au cours des 15 prochaines années. Jeff Hirsch justifie sa prévision en affirmant que toutes les poussées haussières ont dans le passé été générées par la paix, l’inflation causée par la guerre, les dépenses réalisées au cours des périodes de crise et les innovations. Ces éléments et les progrès dans les technologies des secteurs de l’énergie et des biotechs aideront à faire avancer les indices entre 2017 et 2025, selon lui . Dans cette récente vidéo il défend son point de vue lire-->

Fri, November 14 2014 » investisseurs » No Comments